AMEO aux Oblats

Un peu d’audace pour bousculer l’ordre bien établi de l’histoire de la musique ! L’ensemble vocal AMEO, membre de l’association Chant Libre, propose un voyage dans l’espace et dans le temps.

Un programme de musique classique et néo-classique : GJEILO, JENKINS, LAURIDSEN, LEWIS, POULENC, RUTTER, TIN, ainsi que le Stabat Mater de J. RHEINBERGER. Tout au long de ce concert, vous ferez plusieurs allers-retours entre notre époque et le XIXème siècle, entre l’Europe et l’Amérique du Nord.

Concert unique samedi 25 juin 19h00 Chapelle des Oblats. Direction Gunter Scholler. Au piano Magali Guarino. Entrée libre.

Programme susceptible d’évolution

Be thou my vision, de John Rutter, compositeur et chef de choeur britannique, bien connu pour ses œuvres chorales. Il a d’ailleurs fondé son propre chœur, les Cambridge Singers, spécialisé dans la musique chorale sacrée..

O Magnum Mysterium, extrait des Quatre Motets pour le temps de Noël de Francis Poulenc, l’un des grands pianistes et compositeurs français de l’époque moderne. « Quel grand mystère et admirable sacrement  que des animaux aient pu voir, couché dans une crèche,  le Seigneur qui vient de naître« .

Northern Lights du jeune compositeur d’origine norvégienne, Ola Gjeilo. Oeuvre contemporaine tirée d’un texte latin du Cantique des Cantiques, pour plonger dans la magie floutée des aurores boréales. « Tu es belle ma bien aimée, douce et ravissante comme Jérusalem, terrible comme une armée en ordre de bataille, détourne tes yeux de moi, parce qu’ils m’enlèvent à moi-même. »

The Rose du même compositeur. Une belle mélodie pour accompagner le poème mystérieux de Christina Rossetti. « Le lys possède une tige lisse, qui ne blessera jamais ta main; mais la rose sur sa bruyère est maîtresse de ces terres« .

Le Stabat Mater de Josef Rheinberger compositeur allemand de la fin du XIXème siècle. De nombreux musiciens baroques et classiques ont composé leur version du Stabat Mater, qui exprime la douleur de la Vierge Marie devant la crucifixion de son fils. Version assez peu connue.

Song of the Spirit, extrait du recueil Symphonic Adiemus de Karl Jenkins. Compositeur gallois connu notamment pour son thème Adiemus, d’abord entendu sur une publicité pour une compagnie aérienne américaine à la fin des années 1990, avant de devenir la musique du film Avatar.

Baba Yetu de Christopher Tin. En Swahili « Notre Père », thème musical du jeu vidéo Civilization IV.

Exultate jubilate Deo, de Brian Lewis. Pièce très enthousiaste de ce compositeur américain, véritable ode à la gloire de Dieu.

O Fortuna, composition de Gunter Scholler sur un poèmechantmanuscrit bavarois médiéval du XIIIe siècle. « Ô fortune, comme la lune changeante en ses phases, toujours tu croîs et tu décrois ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s